Chroniques Nîmoises

Billet du Jour #31

Par Sarah

Sarah nous raconte son confinement. Brin d’humour, réalité sans tabous, tracas et joies du quotidien rythment ses billets.

Écrit le jeudi 16 avril 2020.

C’est une belle journée, je vais me lever.
20 minutes plus tard.
C’est une belle journée, assise à la terrasse, je vais petit déjeuner.
5 minutes plus tard.
C’est une belle journée, mais le bruit de la débroussailleuse me casse les oreilles.
5 minutes plus tard.
C’est une belle journée, mais ce bruit m’a gonflé, je rentre trier les placards.
20 minutes plus tard.
C’est une belle journée, j’ai trié un placard.
Les autres attendront. Ce n’est pas comme si je n’avais pas le temps…
J’ai trouvé dans le garage des fringues de saison pour les filles.
Comme quoi, ça sert de garder les vêtements d’une année sur l’autre. Et c’est trop bien d’avoir que des meufs qui grandissent vite.
Ça me fait des économies.
D’ailleurs je me suis dit: heureusement que je n’ai pas eu un enfant assigné garçon.
Ça aurait été compliqué pour certains de comprendre que je vomi l’éducation d’un enfant basée sur : la virilité, la compétition de celui qui a la plus grande, celui qui va le plus vite, qui a le plus d’amoureuses, l’interdiction de pleurer parce que ça sert à rien, ce n’est pas digne d’un “homme”.
Les conséquences de cette éducation peuvent être catastrophique… Et non pas castratrice !
À l’âge adulte ça fait des types coupés de leurs émotions, et dont la logique connaît pas mal de limites.
1 heure plus tard.
Mon téléphone sonne. C’est pôle emploi.
L’objet de l’appel est de faire un point sur ma situation.
“Bon dans votre secteur pour l’instant ça va être compliqué”.
Sans blague..J’ai eu tellement envie de rire !
Bon ça m’a permis de lui demander si j’étais éligible au peu de contrat aidé. Non. Je ne vis pas dans un quartier prioritaire et je sors de formation. Non négociable de postuler pour ce genre de contrat même si depuis 4 ans je suis demandeuse d’emploi…
J’ai aussi demandé pourquoi j’avais eu 100 euros de moins ce mois-ci.
Mais je n’ ai pas eu de réponse. Effectivement ce n’est pas logique. Elle ne sait pas.
Elle reviendra vers moi…
C’est une belle journée, j’ai au téléphone ma pote, DJ préférée.
On est très très vénère à cause des lâches, et de l’indigestion de la situation.
On ne sait pas comment va survivre la culture.
On ne sait pas comment on va vivre.
Mais c’est une belle journée…
Je décide d’ aller acheter de la viande, à la boucherie Halal.
Me voilà en partance pour le marché Gare.
Là-bas c’est moins cher qu’à celle de Vauvert.
Une fois de retour devant chez moi, le frein à main tiré, je tourne la tête, en ouvrant la portière…
Pour la première fois depuis le début de ce confinement me voilà face à cette situation.
Un contrôle de la police. Ganté et masqué.
“- Bonjour, vous avez votre attestation pour sortir ?
– Oui, sur mon téléphone, il vous faut que le flash code ?
– Oui.
L’agent sort du véhicule également.
– Restez éloignée. Donc Mme Laouri, sort pour des courses. Voilà c’est bon. Merci.
– Bonne journée.”
Ce qui s’est passé dans ma tête…
Ils sont sérieux là, ils me contrôle devant chez moi.
Non mais je m’appelle pas laouri, mais Lahouari. Il y a un ” A ” au milieu.
Bah faut bien que je m’approche un minimum pour vous donner mon téléphone.
Puis si je m’éloigne plus, je suis contre ma voiture.
Ah vous ne me demandez pas ma carte d’identité. OK.
Dites-moi, pourquoi la foi où je vous ai appelé pour que vous interveniez pour des faits de violences conjugales pas loin de chez moi, vous ne vous êtes pas déplacés ?
Pourquoi vous regardez de travers les femmes voilées à la sortie des écoles ?
Je sais bien que pour certains d’entre vous la fraternité et la sororité a ses limites.
Bref je suis restée polie et courtoise.
C’est une belle journée, et…
C’est une belle journée, aujourd’hui j’ai fumé seulement 6 cigarettes !
J’ai passé d’après le compteur Facebook moins d’une heure dessus.
Je m’en suis servi pour le strict minimum.
C’est une belle journée, mon amie arrive dans quelques heures.
Ce soir pour l’apéritif, c’est virgin mojito.
Voilà, je vous souhaite une belle soirée.
Je vous dis à demain.
Tags

Articles semblables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer