Chroniques Nîmoises

Billet du Jour #3

par Sarah

Sarah nous raconte son confinement. Brin d’humour, réalité sans tabous, tracas et joies du quotidien rythment ses billets.

Écrit le mercredi 18 mars 2020.

Hier soir, je partais juste pour un moment bavard et câlin.
Mais me voilà endormie avec elles jusqu’au lendemain.
Une main sur le visage, un pied sur mon tibia,
au milieu de mes deux p’tits cœurs, le mien bat.
J’ouvre les yeux, dans un sursaut, et me glisse doucement hors du lit.
8h30.
*
Une heure plus tard, j’attends le coup de fil pour une réunion en visio…
Je percute. Zut, je me suis trompée de jour. En fait c’est demain. Ah, texto.
En fait c’est annulé. Tout va être décalé.
Bon…
*
Je me prépare pour aller au magasin bio du village d’à côté.
Je clic clic clic sur mon clavier pour sélectionner 1986 dans l’attestation afin de justifier mon déplacement.
Je répète mon texte. C’est bon j’ai tous les arguments en vu de m’offrir une p’tite heure de liberté.
*
Personne sur la route, au rond-point.
J’passe devant la maison d’amis. Les volets et les fenêtres sont grandes ouvertes.
Allez ! Je m’arrête, même si je n’ai pas prévenu. Je garderais mes distances. Au moins un mètre !
Joie de boire un café au soleil, et d’entendre de bonnes nouvelles.
Je reprends mon chemin. Personne dans le magasin, je prends ce dont j’ai besoin. Mais civilisée, j’attrape une seule bouteille de rosé, seulement 2 paquets de protections hygiéniques, et de l’huile de coco… #lubrifiant #démaquillant #soindescheveux #etouffepoux
Un super produit aux multiples bienfaits !
Je rentre enfin. RIEN. ” R” comme dirait ma DJ préférée.
Bon je n’ai même pas eu besoin de dégainer mon attestation et mon argumentation.
*
Appel à l’amie d’enfance, à ma mère, à ma sœur.
Tout le monde va bien.
Aujourd’hui pas de machine à laver, je n’ai pas envie. Je laisse le linge de la veille sur l’étendoir, voilà l’acte militant du jour.
Puis je démonte un lit cassé sur du Casey, histoire de moins voir le temps passé..
“Apprends à écrire ou apprends à t’taire”.
*
Cette après-midi j’ai eu le temps de penser…
J’ai pensé à ces femmes qui doivent accoucher. À toutes celles dont leur conjoint.e se verra refuser l’accès à la salle de naissance.
Mesure de prévention…
Elles vont devoir vivre ce moment bien seules , dans des hôpitaux au bord de la crise de nerfs.
#violencesobstetricales #difficultésmaternelles (plus qu’un baby blues) , en vues…
“Maman, on peut descendre en bas devant la maison”.
Oui, un peu d’air fera grand bien…Surtout on ne touche à rien !
*
À l’heure où je vous écris, la journée n’est évidemment pas finit.
La soirée ne fait que commencer.
Je vous la souhaite bonne, et vous rappelle que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé.
Tchin !
*

Écrit par Sarah Lahouari

Laisser un commentaire

commentaire(s)

Articles semblables

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page